Gbangban

Affaire trafic de drogue : les USA s’en mêlent, la DEA débarque à Abidjan !

Va-t-on vers un dénouement de l’affaire de trafic de drogue qui secoue actuellement l’entourage d’Alassane Ouattara ? C’est la question que se posent l’opinion ivoirienne depuis les révélations du lanceur d’alerte Ferro Maurice Bally.

Dans une publication sur sa page Facebook, l’ancien journaliste de Fraternité Matin a indiqué qu’une équipe de l’agence fédérale américaine chargée de la lutte contre le trafic de drogue est actuellement à Abidjan pour une enquête.

LIRE AUSSI: Au palais, ces barons qui s’opposent au 3e mandat d’ADO

Lire l’intégralité de la publication de Ferro Maurice Bally :

 La Drug Enforcement Administration (DEA, agence fédérale américaine chargée de la lutte contre le trafic et la distribution de drogue aux États-Unis d’Amérique) est sur les dents.

Cette brigade anti-stupéfiants made in USA a pris très au sérieux la série de trois articles sur cinq prévus intitulés “Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’ouest”. Écrits par deux journalistes du site Vice Média, le Belge Bauwens Daan Jan et le Nigérian Ibekwe Nicholas Leonnard, ces articles indiquent que la Côte d’Ivoire serait devenue une plaque tournante du trafic de drogue.

Par un tweet en date du 10 juin 2020, l’ambassade des États-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire a ajouté son grain de sel qui accrédite la thèse d’une percée des réseaux des trafiquants en Afrique de l’ouest, qu’il faut enrayer par tous les moyens.

“Les États-Unis prennent très au sérieux le trafic de drogue et agissent contre tous les trafiquants connus. Nous sommes fiers de notre travail avec la Côte d’Ivoire et d’autres d’Afrique occidentale pour combattre ce fléau”, s’est félicitée la représentation diplomatique américaine.

LIRE AUSSI: Au palais : ce que cache le décès suspect de Gon Coulibaly

Ainsi, depuis plusieurs semaines, des agents de la DEA ont foulé le sol ivoirien. Munis de mandats, ils perquisitionnent des résidences et mènent la traque pour procéder au démantèlement des réseaux. Des suspects ont été arrêtés et les enquêtes se poursuivent.

Cité dans cette affaire comme “un grand trafiquant de cocaïne”, le ministre d’État Hamed Bakayoko a constitué Virtus, un cabinet d’avocats, pour défendre son honorabilité et sa virginité.

LIRE AUSSI: 3e mandat « secret » : les non-dits d’une candidature d’ADO

Le 23 juin, une plainte pour “diffamation, atteinte à l’ordre public et injures commises par le biais d’un système d’information” a déposée entre les mains de Christophe-Richard Adou, procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. Elle vise le site Vice, les auteurs des articles et deux cyber activistes (Kiria Doukouré et La Guêpe). La procédure n’est pas encore ouverte mais la DEA est sur le pied de guerre.

10 commentaires

Laisser un commentaire